Actualités

Les évêques communient avec les sœurs  Adoratrices du Très Saint Sacrement

Written by La Cloche

Suite à la canonisation de leur père fondateur Francesco Spinelli le 14 octobre 2018, les sœurs  Adoratrices du Très Saint Sacrement ont célébrée une messe d’action de grâce ce dimanche 18 novembre 2018 en l’Eglise Saint Pierre des Baobabs, à Dakar.

Dans un élan de communion et de solidarité, Les Évêques de la Conférence épiscopale de Sénégal, Mauritanie, Cap-Vert et Guinée Bissau ont participé à cette messe marquant aussi la clôture de leur session Ordinaire de l’Année pastorale 2018-2019, tenue du 12 au 18 Novembre 2018, au Foyer de Charité du Cap des Biches.

La messe a  été Présidée par le cardinal Théodor Adrien Sarr évêque émérite qui au début, a invité tous les fidèles catholiques à la sainteté. L’homélie a été dite par Mgr Benjamin Ndiaye qui à son tour a invité les sœurs adoratrices à marcher sur les pas de leur père fondateur après un riche enseignement sur la vie de ce dernier.



Cette messe d’action de grâce a été aussi l’occasion pour les sœurs de présenter aux nombreux  fidèles drapés de foulards  à l’effigie de leur père fondateur, de présenter ce dernier.

En effet, Francesco Spinelli est issu d’une famille modeste, travaillant au service des marquis Stanga. Manifestant dès son plus jeune âge son désir de devenir prêtre, il part à Bergame faire son éducation avant d’intégrer le séminaire. C’est pendant ce temps qu’il fera la connaissance du bienheureux Louis Marie Palazzolo, auprès duquel il apprend beaucoup, et l’aide dans ses œuvres. Ordonné prêtre le 17 octobre 1875, Francesco Spinelli se rend peu après à Rome, à l’occasion de l’Année sainte, et vivra une expérience spirituelle dans la Basilique Sainte-Marie-Majeure. Selon ses dires, alors qu’il était en prière, il aurait eu une vision de nombreuses jeunes filles se consacrant à l’adoration de Jésus dans le Saint-Sacrement.

Deux ans plus tard son intuition prend forme. Avec trois jeunes femmes, menées par sainte Gertrude Comensoli, il fonde la communauté des Sœurs sacramentines, vouées à l’éducation des jeunes filles pauvres et à une vie tournée vers l’adoration eucharistique. Alors que les débuts de l’œuvre sont fructueux, en 1889, Francesco Spinelli est contraint de quitter le diocèse et sa congrégation à la suite d’une série de calomnies. Sans réclamer justice, il obéit et trouve refuge au couvent des Sacramentines de Rivolta d’Adda.

A la fin de messe, les sœurs ont exprimé leur gratitude aux évêques pour leur geste fraternel qu’elle considère comme une marque de reconnaissance et de solidarité .

 

About the author

La Cloche

Média d'information Catholique basé au Sénégal

Leave a Comment