Catéchèse

La chute des anges: Satan un ange déchu

Written by La Cloche

Derrière le choix désobéissant de nos premiers parents il y a une voix séductrice, opposée à Dieu (cf. Gn 3, 4-5) qui, par envie, les fait tomber dans la mort (cf. Sg 2, 24). L’Écriture et la Tradition de l’Église voient en cet être un ange déchu, appelé Satan ou diable (cf. Jn 8, 44 ; Ap 12, 9). L’Église enseigne qu’il a été d’abord un ange bon, fait par Dieu.  » Le diable et les autres démons ont certes été créés par Dieu naturellement bons, mais c’est eux qui se sont rendus mauvais  » (Cc. Latran IV en 1215 : DS 800).

L’Écriture parle d’un péché de ces anges (cf. 2 P 2, 4). Cette  » chute  » consiste dans le choix libre de ces esprits créés, qui ont radicalement et irrévocablement refusé Dieu et son Règne. Nous trouvons un reflet de cette rébellion dans les paroles du tentateur à nos premiers parents :  » Vous deviendrez comme Dieu  » (Gn 3, 5). Le diable est  » pécheur dès l’origine  » (1 Jn 3, 8),  » père du mensonge  » (Jn 8, 44).

C’est le caractère irrévocable de leur choix, et non un défaut de l’infinie miséricorde divine, qui fait que le péché des anges ne peut être pardonné.  » Il n’y a pas de repentir pour eux après la chute, comme il n’y a pas de repentir pour les hommes après la mort  » (S. Jean Damascène, f. o. 2, 4 : PG 94, 877C).

L’Écriture atteste l’influence néfaste de celui que Jésus appelle  » l’homicide dès l’origine  » (Jn 8, 44), et qui a même tenté de détourner Jésus de la mission reçue du Père (cf. Mt 4, 1-11).  » C’est pour détruire les œuvres du diable que le Fils de Dieu est apparu  » (1 Jn 3, 8). La plus grave en conséquences de ces œuvres a été la séduction mensongère qui a induit l’homme à désobéir à Dieu.

La puissance de Satan n’est cependant pas infinie. Il n’est qu’une créature, puissante du fait qu’il est pur esprit, mais toujours une créature : il ne peut empêcher l’édification du Règne de Dieu. Quoique Satan agisse dans le monde par haine contre Dieu et son Royaume en Jésus-Christ, et quoique son action cause de graves dommages – de nature spirituelle et indirectement même de nature physique – pour chaque homme et pour la société, cette action est permise par la divine Providence qui avec force et douceur dirige l’histoire de l’homme et du monde. La permission divine de l’activité diabolique est un grand mystère, mais  » nous savons que Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui l’aiment  » (Rm 8, 28).

Catéchisme de l’église catholique

About the author

La Cloche

Média d'information Catholique basé au Sénégal

Leave a Comment